La décantation du vin

Un repas sans une goutte de vin, c’est possible ?

Si votre réponse est oui, passez vite à une autre page de notre blog, cet article n’est pas pour vous.

Si au contraire, vous aimez conjuguer un simple casse-croûte, un déjeuner en famille ou un dîner entre amis avec un verre de vin, cet article  va vous intéresser.

Même si vous n’êtes pas une ou un passionné, il y a 2 ou 3 petits trucs à savoir pour mettre en valeur le vin que vous avez choisi.

Tout d’abord, il faut savoir ou l’acheter.

Privilégier un caviste : il vous conseillera en fonction de votre menu, il entrepose ses bouteilles dans un endroit qui le bonifie.

Si vous n’avez pas le temps d’aller chez votre caviste préféré, vous pouvez l’acheter en grande surfaces avec quelques précautions.

Hormis pour leurs grands crus, les bouteilles de vins toutes catégories sont placées en position verticale,

(pas bien : le bouchon sèche rapidement : pas terrible pour la conservation)

et sous des éclairages qui mettent en valeur les étiquettes mais qui sont particulièrement néfastes pour le vin.

S’il est arrivé il y a 2 jours sur son joli rayon, ce n’est pas grave, s’il est là depuis 2 à 3 semaines, le mal est fait.

Il sera sans doute moins cher (et encore !) mais aura perdu nombres de ses qualités olfactives et gustatives.

Demandez alors au responsable du secteur (parfois, il y en a un pas trop loin même en période hors foire aux vins. Attention, c’est rare) quels vins viennent d’être mis en rayon.

Choisissez parmi ceux là et n’en dérogez pas !

La dégustation, c’est maintenant ? Pas encore, bientôt.

Pour les casse-croûtes et les dîners entre amis venus à l’improviste,

ce sera un vin jeune, léger, fruité qui se marie bien avec les charcuteries, les viandes blanches ou une omelette.

Le vin que l’on appelle le vin de soif, il peut être blanc, rouge ou rosé. Il sera ouvert et servi directement sur la table sans autre forme de procès.

Pour tous les autres déjeuners, dîners et repas de fêtes……………

Vous ouvrez une bonne bouteille, (cela ne veut pas forcément dire cher, chez un bon caviste, vous trouverez des vins rouges et blancs pour 7 à 8 Euros qui raviront vos convives).

Carafe  oxygenation vin

Deux possibilités :

Il est jeune.

Il faut l’oxygéner.

Cela veut simplement dire le mettre en contact de l’air pour l’aérer.

Enfermé dans sa bouteille, il va alors s’ouvrir et donner le meilleur de lui-même : son bouquet, son fruité, ses notes tanniques, d’acidité et de moelleux.

Toutes ses caractéristiques pour lesquelles son vigneron a pris tant de soins pour vous donner des sensations olfactives et gustatives

Comment l’oxygéner ?
Rien de plus simple : Il suffit de verser le vin de la bouteille délicatement le long de la paroi d’une carafe à vin et le laisser reposer pendant une heure.

L’aération se produit essentiellement au moment du transvasement car une grande quantité de vin est alors en contact avec l’air ambiant.

Plus la carafe à vin est large, plus rapide se fait l’aération.

Si vous n’avez qu’une carafe à vin standard, prévoyez ½ ou 1 heure de plus, cela revient au même.

Une fois terminé la mise en carafe, il faut placer la carafe dans un lieu à la bonne température de dégustation: soit 1 à 2°C en dessous de la

température ambiante soit 18 à 19 °C pour les vins rouges corsés à moyennement corsés typés Côtes du Rhône, pour les Bordeaux rouges, 16 à 18° pour les vins de Bourgogne rouges, 14 à 16 ° pour les vins rouges à boire frais comme des vins de Loire ou les Beaujolais et tous les cépages de Gamay. Pour les vins blancs secs, 8 à 10°C et 10 à 12° pour les blancs moelleux.

Jamais au réfrigérateur.

Si votre vin n’est pas parfaitement oxygéné en début de repas, il va rapidement s’aérer dans les verres lors du premier service.

Il est d’un âge respectable.

Un dépôt s’est formé au fond de la bouteille, il faut séparer le vin de tous les sédiments qui se sont déposés, c’est la décantation.

Cette dernière se fait comme pour l’aération en versant le vin dans une carafe à vin. On les appelle aussi carafes à oxygéner le vin ou carafe à décanter. Ce sont toujours des carafes à vins qui vont dans tous les cas permettre de déposer les petites particules solides au fond de la carafe ou dans un petit entonnoir qui placé dans le col de la carafe retient toutes les impuretés. En décantant le vin, on oxygène le vin de la même façon que l’on a aéré les vins jeunes

Attention : un vin vieux, s’il a dépassé les 20 ans et même les 15 ans pour certains ne supportera pas de se faire aérer trop longtemps. Aussi bien un vin jeune pourra être ouvert et aéré la veille, un vin vieux pourra ne pourra s’exprimer que pendant une ½ heure après son ouverture. Il faut donc être prudent et le décanter u n peu trop tard qu’un eu trop tôt. Une astuce pour ne pas se tromper :

S’il a une robe avec des reflets violacés, il a une forte chance d’être très jeune, voir un primeur.

S’il a une robe rouge foncé avec éventuellement des nuances noires, c’est une belle cuvaison, un bon millésime et si il peut encore vieillir, il sera excellent à boire maintenant.

S’il a des reflets ambrés, il est à pleine maturité, il faut le boire, vous pouvez le décanter 1 heure à 1 heure et demi avant de servir.

S’il a des reflets ambrés ou même orangés, il s’agit forcément d’un vin âgé, un vin très mûr qu’il faut boire sans tarder, vous avez peut-être 2 à 3 mois devant vous. Il faut le décanter au maximum ½ heure avant de passer à table. Le mieux étant que tout les convives soient installés à table car vous allez peut-être passer un moment mémorable avec un vin d’exception.

Voilà vous savez tout ou presque, mais largement suffisamment pour vous faire plaisir avec un bon verre de vin. A bientôt.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *